Introduction

Quezaquo ?

Dans certaines musiques, il est quelquefois possible d’entendre un instrument a vent joué par un musicien semblant posséder une capacité pulmonaire surhumaine (un exemple assez frappant est celui des charmeurs de serpents)… En fait, il n’y a absolument rien de surhumain ni de magique là dedans. Ce musicien peut même être un fumeur de première, il y a un « truc » dans tout ça … et ce truc est la respiration circulaire (RC) ou technique
permettant de continuer à souffler tout en inspirant.
La RC est utilisée généralement par les joueurs d’instruments à vent (flûte, saxophone, trompette, harmonica … on peut pratiquer la RC en jouant du piano mais vraiment je n’en vois pas l’intérêt). On l’utilise pour obtenir un son continu, sans pause nécessaire pour reprendre son souffle, mais aussi dans certaines postures de Yoga (autres Taï Chi voire même diverses disciplines plus ou moins New-Age comme le ReBirth et autres machins mystico-psycho-blabla). Une utilisation “sérieuse” de la respiration circulaire existe chez les souffleurs de verre.
Ils ont besoin d’un flux d’air continu pour obtenir une surface lisse sur le verre travaillé. Dans ce document le
but sera de jouer d’un instrument de musique et nonpas d’essayer d’atteindre un état d’illumination quelconque (ce que ne permet pas d’ailleurs la RC seule) ni de vous apprendre à fabriquer vos propres bouteilles de « tord-boyaux ».

Objectifs

Dans cette leçon, vous devriez apprendre les concepts de base de la respiration circulaire. Cela ne signifiera pas que vous serez capable de respirer « circulairement’’ après avoir lu ça, ni de tenir la même note pendant des
heures, mais que vous serez sur la bonne voie et possèderez les informations nécessaires pour le faire.
Le lecteur attentif pourra déceler quelques contradictions entre les différentes méthodes présentées ici. Cela
vient du fait qu’il n’existe pas UNE manière d’apprendre la respiration circulaire mais autant qu’il existe d’étudiants.
Ce document n’est pas à suivre à la lettre mais se veut plutôt une source d’inspiration et de conseils …
A vous d’y piocher ce qui vous convient et mieux d’en extrapoler une nouvelle méthode qui vous conviendrait.

Difficultés

De nombreux musiciens expérimentés, utilisant la technique de RC, vous diront que c’est très facile. Ce qui bien sûr est vrai en ce qui les concernent, mais ne soyez pas dupes, cela ne va pas être facile du tout, et vous ne réussirez à maîtriser pleinement cette technique qu’après un long entraînement, par long je veut dire LONG … plusieurs mois au moins. Ne soyez pas découragés cependant, apprendre à pratiquer la RC n’est pas un obstacle insurmontable. Vous aurez une grande satisfaction lorsque vous découvrirez que c’est réellement possible, lors de vos premières notes jouées selon cette technique (quelques jours de frustration à peine afin d’en arriver là). Maintenant tout est exercices, exercices, exercices, et essayer d’affiner et contrôler au maximum cette technique afin qu’elle vous soit pleinement et effectivement utilisable.
La plus grande difficulté au début est d’arriver à un degré de concentration tel que l’on puisse avoir le contrôle
total et la conscience de tous les éléments entrant en jeu dans la RC (muscles des joues, diaphragme, larynx
…). Tout cela nécessite quand même un peu de ZEN. Avec l’expérience, l’habitude remplacera la concentration
et jouer en RC deviendra un réflexe, vous permettant de vous concentrer librement sur le jeu de votre instrument.

Une dernière difficulté est liée à l’instrument sur lequel cette technique sera appliquée. Certains se prêtent
mieux que d’autres à l’application de cette technique pour des raisons diverses et variées. Je recommande d’utiliser, pour s’entraîner au début, un tuyau de PVC fin (diamètre 3 cm environ et d’une longueur de 30 cm).
Sachez que le passage de l’entraînement « à mains nues » ou à l’aide d’une paille à celui du jeu sur un véritable
instrument ne se fait pas sans douleur … (Problèmes d’embouchure, de pression …).

Technique

La Base

Il n’est pas possible physiologiquement d’inspirer et d’expirer simultanément (nous ne possédons hélas qu’une
seule trachée-artère), mais il est par contre possible de maintenir une pression d’air sans souffler (l’air des poumons) : en utilisant la bouche comme le sac d’air d’une cornemuse. Avec ce (petit) réservoir d’air, maintenant
la pression, vous pouvez inhaler rapidement une petite quantité d’air par vos narines afin de remplir vos poumons,
ceci vous permettant de continuer à souffler sans vous essouffler. Ce processus d’inhalation rapide de petites bouffées d’air vous permettra, après un entraînement sérieux, de jouer continuellement.
Créez un flux tendu, régulier et continu d’air sortant de votre bouche. La plupart du temps l’air proviendra des
poumons, mais pendant l’inhalation, l’air est poussé dehors par les (muscles des) joues. Exercez vous à ça en
plaçant un doigt devant la bouche et essayez de constater le flux constant d’air sur le bout du doigt.
Etape par étape cela donne ceci :
1. Soufflez pendant 2 à 3 secondes.
2. Continuez de souffler avec l’estomac (le diaphragme), mais gonflez les joues.
3. Soufflez toujours mais utilisez l’air stocké dans la bouche en contractant les joues.
4. Toujours en soufflant comme en 3, prenez une inspiration rapide par le nez.
5. Retour à l’étape 1.

Méthodes d’apprentissage

Il existe de nombreuses façons d’apprendre cette technique. Voici toutes une série de méthodes, techniques et trucs divers données par différentes personnes (Ed Drury, John Pemble, Randy Raine-Reusch, Hakim Loudyi et l’ Association
culturelle de Launeddas Sonus de Canna) pour apprendre et pratiquer la RC :

Par Ed Drury

Il est utile de faire des exercices de fortification et de contrôle.
Une méthode intéressante est d’utiliser un ballon comme ceci :

  • Faire sortir et rentrer dans votre bouche, l’air d’un ballon gonflé en utilisant SEULEMENT la force de vos joues.
  • Inspirez par le nez comme requis. Essayez d’arriver à des cycles de 1 seconde. Faites cet exercice par périodes de 1 minute jusqu’à 3 minutes. Gonflez vos joues et utilisez vos lèvres pour faire un petit orifice au centre de votre bouche comme si vous souffliez dans une paille. Essayez de produire un petit flux tendu d’air sortant de cette ouverture en utilisant l’air contenu dans vos joues uniquement. En plaçant la paume de la main devant vos lèvres, vous devriez être capable de sentir ce flux d’air. Inspirez et expirez par le nez pendant que vous expulsez l’air de vos joues. Transférez l’étape précédente sur votre instrument. Pour travailler sur un transfert plus lisse entre l’air expulsé par vos joues et celui provenant de vos poumons, placez une paille dans un verre d’eau … Le verre doit être au trois quart plein seulement. En alternant compressions des joues et souffler (avec les poumons), essayez de garder un flux régulier de bulles sortant de l’extrémité de la paille – en respirant par le nez pendant que vous compressez vos joues. Si vous pouvez maintenir le flux de bulles continu et sans pause, vous êtes en train de respirer circulairement.

Je vous sent essoufflé par l’entraînement !
On va faire une pause jusqu’au prochain numéro du Solist Magazine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *